Archive for the ‘MusiK’ Category

Vous reprendrez bien un peu de musique live?

Une foule en délire pour 4 garçons dans le vent. Ca ne vous rappelle rien?

En faisant le décompte, il y a toujours plus d’arguments nous incitant à rentrer dans sa coquille qu’à en sortir pour partager… La crise, les trois euros se battant au fond du portefeuille, les contrôles de gendarmerie, la morosité ambiante, les plaintes pour tapages nocturnes… Mais au fond ce n’est pas vraiment ce que nous souhaitions… Non. En fait, nous attendions juste d’être touché par la fragilité et la poésie de la musique live… Ca tombe bien, j’ai fait une nouvelle rencontre. Le groupe K’maZine. Je vous présente?

Au centre, il y a ce gringalet un peu farouche. Fix. Un humour pas piqué des vers, une culture musicale sans faille, une voix d’écorché vif et une guitare franche et dynamique, qui nous projettent dans un univers proche de l’Ohio…

A gauche, c’est à Bruno que nous avons à faire. Polonais à forte poitrine (et quand on connait la taille de son cœur, c’est à peine ce qu’il lui faut) doté de doigts de fée flirtant sur les cordes de sa guitare pour nous offrir un flow très swing.

Un peu plus au fond, la rencontre est du troisième type. Il s’agit de Roberto. Un musicien discret, mais non moins talentueux. Inventeur de son propre instrument: le Robertophone. Proche de la contrebasse, mais pas trop…

Et enfin, celui que les techniciens de scène oublient souvent d’éclairer. Alain, Pierrot, Jo Cajun (c’est au choix). Le percussionniste, également choriste à ses heures. Clé de voûte de ce quartet hétéroclite, il met en ondes tout ce que ses joyeux trublions lui apportent comme matière. Professionnel de la console autant que de la cymbale.  A eux quatre, ils incarnent le groupe K’Mazine. Quartet champêtre inspiré.

Mais ces explications auront beau exciter les amateurs. Ils auront beau se ruer chez les disquaires (paix à leurs âmes) pour écouter  le dernier cd de ces Beatles de campagne. Rien ne saura jamais remplacer la magie d’un instant passé à les regarder jouer.

Les intellectuels ne conçoivent pas de regarder un film doublé en français? Il en va de même avec la musique. Comment l’appréhender dans toute sa volupté, si on ne peut pas la toucher, la voir, la sentir ? Impossible de remplacer cette montée d’adrénaline qui monte au fur et à mesure que les morceaux s’enchaînent en direct. Non vraiment. On n’a pas le choix ma pauv’ Lucette, il faut se bouger le derche… Faut y aller aux concerts !

Car « K’Mazine », ces quatre musiciens en chair et en os, ne sont pas juste des artistes de plus. Ils sont les dignes représentants d’une musique vivante. De bistrot, de quartier.  Appelez ça comme vous voulez…

Dans leur Gers, esseulés, ils attirent à eux les assoiffés de musique et les âmes errantes en mal de poésie. Un rade de 15 personnes ou une scène ouverte avec 1000 jeunes en furie… Qu’importe… L’énergie qui nous propulse hors de nos coquilles est déjà là. Ensuite, ce n’est que pure détente et « entertainement », comme ils disent. Entre reprises de chansons à texte, de rock, de reggae… Le tout savamment enveloppé d’un brin de swing… On se surprendrait même à se dandiner. Mais attention, pas trop quand même ! Faudrait pas commencer à s’amuser…

Publicités